Bruno Mettling, Directeur général adjoint d’Orange en charges des Ressources Humaines, auteur du rapport « transformation numérique et vie au travail » remis le 15 septembre 2015 à la Ministre du travail a échangé avec les dirigeants d’Entreprise et Progrès.

Bruno Mettling a accepté l’invitation d’Entreprise et Progrès car « L’homme et l’entreprise, ce sont deux dialectiques qui vont tout à fait ensemble, et cela j’y crois beaucoup ».

Du fait de l’arrivée du numérique dans le monde du travail, l’idée du rapport « transformation numérique et vie au travail » est de faire un état des lieux des entreprises d’aujourd’hui, en termes de conditions de travail, de management, de temps de travail et surtout quant aux enjeux à venir.

5 messages sont portés par le rapport.

1er message : comment réussir la transformation digitale ?

Tous les pays du monde commencent à aborder la question du numérique et de la vie au travail ; plus spécifiquement vis-à-vis de l’explosion du travail indépendant et de son articulation avec le salariat ainsi que sur l’équilibre vie privé / vie professionnelle.

« Ce qui différencie le numérique des autres vagues de transformation que nous avons connues, c’est la rapidité et le rythme de son évolution ». Dans ce nouveau paradigme, « la logique est exponentielle, c’est-à-dire que les retards pris, les refus d’évolution… se payent de manière extrêmement violente », c’est-à-dire que nous voyons la réelle violence qui traverse les business model traditionnels qui ne rentrent pas dans ces nouvelles logiques non linéaires.

Trois grands chantiers nous attendent pour réussir la transformation digitale :

  • L’effort d’éducation numérique, de formation numérique (à l’école, en entreprise). Comment éviter la fracture numérique en embarquant tout le monde dans cette transformation ? Partageons un socle de culture numérique commune ; un passeport digital ?
  • Comment accompagner les entreprises (grandes entreprises, ETI, PME, TPE) à créer cette dynamique collective ? Pistes envisageables: par la formation managériale. Comment en effet embarquer les managers dans ce nouveau « paradigme » ? Autre piste : inviter le monde académique à se lancer pleinement sur ces sujets-là, afin d’accompagner les entreprises.
  • Promouvoir les start-up qui sont des acteurs importants de ce changement vers le numérique car les start-up mettent en place des process extrêmement innovants.

2ème message : vie privé / vie professionnelle ; assumer le droit à la déconnexion en « éduquant » les employés au bon usage des produits digitaux.

En effet, nous devons anticiper les risques plutôt que de les subir ; c’est cela qui garantira la réussite de la croissance numérique.

3ème message : Le management. Le 1er goulot d’étranglement en France à la réussite de la transformation numérique, c’est le management.

Vis-à-vis du manager de proximité notamment, ce dernier « croule sous les obligations ». Alors que ce manager est déjà le garant de la paix sociale et du reporting, amorcer la transformation du numérique en lui demandant d’être un animateur de communautés, c’est très difficile. Pourtant, si le manager de proximité ne bascule pas dans le numérique, quel salarié peut le faire ?

4ème message : Institutionnaliser le forfait jour ainsi que le travail à distance.

5ème message : les travailleurs indépendants. Il faut refuser d’adopter des postures idéologiques en se posant les vraies questions. Comment ces nouveaux emplois peuvent contribuer au financement social ? Comment ouvrir des droits pour ces travailleurs ?