Laurence Peyraut, Secrétaire générale de Danone en France, est élue Vice-Présidente d’Entreprise et Progrès

L’élection de Laurence s’inscrit dans ce momentum incontournable pour l’entreprise : « Danone est
un des membres fondateurs historiques d’Entreprise et Progrès et je suis heureuse de m’inscrire dans le prolongement de cet engagement. Le bien commun est au cœur des actions de Danone et j’ai l’intention, au travers de ce mandat, de porter ce sujet d’importance pour notre pays. 

Le 5e leadership – Manuel de libération de votre pouvoir

Le but du livre est d’apporter une réponse au problème lancinant de l’échec des pédagogies du leadership. Le livre propose, en bref, de développer la conscience que nous avons chacun de notre culture intime du pouvoir et de l’autorité, riche et unique. Une telle conscience affinée, enrichie peut être libératrice et nous conduire à un multi leadership personnel souple et efficace.

« Un manager augmenté avec l’intelligence artificielle, c’est possible »

Le manager augmenté est celui qui aura intégré progressivement ce socle des quatre nouvelles compétences stratégiques managériales (numérique, agilité, design thinking, interaction avec l’IA) et aura compris qu’il doit se métamorphoser en un leader bienveillant et augmenté par l’intelligence artificielle, et se positionner très vite sur des actions de management stratégique.

La Nature Politique de l’entrepreneur – Patrick d’Humières

LA THESE DE L’OUVRAGE ? Les affaires du monde sont les affaires de l’entreprise ! Les dirigeants d’entreprise doivent agir « en société », compte tenu de leur position acquise et de l’ampleur des défis de régulation de la mondialisation, en orientant les modèles économiques dans le sens de la durabilité comme le font quelques pionniers… POURQUOI CET OUVRAGE ?…

Marion Darrieutort : une dirigeante libérée

Marion Darrieutort : Concernant l’entreprise et l’économie, je suis vice-présidente d’Entreprise et Progrès, et je me suis engagée dans cette association car elle véhicule des idées humanistes et progressistes, en plaçant le développement social et économique sur le même plan. Il faut que l’entreprise fasse du bien a la société car trop souvent l’entreprise et les patrons sont montres du doigt.