L’actu du bien commun – janvier 2022 (réservé aux membres d’Entreprise et Progrès)

Télécharger en version PDF

Quelles tendances pour l’entreprise en 2022 ?

Il est certain que la crise actuelle a profondément bouleversé les méthodes d’organisation du travail. Présentiel, télétravail, hybride, bureaux fixes ou flex, coworking… les adaptations sont multiples, et vont continuer à faire évoluer les pratiques que ce soit dans l’aménagement de l’espace de travail lui-même ou plus profondément dans les méthodes de management et de lien aux parties prenantes. Repenser l’entreprise autour de ses collaborateurs, renforcer la transparence, redonner du sens au travail… tout cela avec un maître mot : l’inclusion. En 2022, la qualité de vie au travail (QVT) a donc la part belle suite à cette crise qui questionne les rapports entre vie personnelle et professionnelle. 

Un peu d’optimisme pour cette nouvelle année : une sortie de crise économique après cette pandémie semble se profiler. De nombreux dirigeants confirment des perspectives commerciales positives et des embauches prévues. Cela marque aussi une continuité dans l’activité des entreprises et de leur projet. Et malgré la crise, l’innovation est toujours au rendez-vous avec de nombreuses start-up portant des projets d’avenir que cela soit dans l’énergie, les services, le numérique ou la finance.        

2022 est aussi le signe de l’adaptation au changement, le 1er janvier ayant sonné l’heure de l’application d’évolutions dans de nombreux domaines : économie circulaire, efficacité énergétique, logement, mobilité… Cela façonne progressivement un nouveau modèle de durabilité. La loi AGEC en est un exemple : applicable dès le 1er janvier, elle impose désormais aux entreprises la gestion de la seconde vie de leur produit ; une responsabilité élargie de l’entreprise qui s’inscrit dans une démarche de circularité pour sortir du modèle traditionnellement linéaire. 

Transition environnementale

Bilan 2021 et espoirs 2022

En 2021 on l’a vu, les enjeux climatiques ne sont plus seulement une musique de fond mais s’inscrivent dans toutes les politiques. Cette année a été charnière avec de nombreuses remises en cause et de nouvelles orientations : la décarbonation, la mobilité durable, la finance durable, les nouvelles gouvernances… 

L’année 2022 quant à elle apporte la question d’un nouveau modèle de société, notamment l’acceptabilité sociale des transformations que porte la transition écologique. Les tensions sont présentes, personne ne peut le nier, et le risque social pèse clairement dans la balance climatique, impliquant de la nuance et de la vigilance. 

Cette nouvelle année porte aussi le signe de la dé-consommation, ou du moins d’une consommation de plus en plus raisonnée et sobre. La pandémie a certes accéléré certaines tendances de sur-consommation (le e-commerce a sorti son épingle du jeu par exemple), mais a permis en parallèle un questionnement sur les besoins réels et le sens dans la consommation. La sortie de la France du “tout jetable” est une étape importante qui va dans le sens d’une consommation raisonnée et portant une vision plus circulaire. 

Mais 2022 s’annonce aussi comme une belle année d’avancées et de négociations : plusieurs événements importants sur le sujet de l’environnement vont jalonner cette année, deux autres rapports du GIEC sont attendus portés sur les actions et les solutions, et plusieurs sommets sur les océans, la biodiversité et le climat portent l’espoir de faire avancer les décisions au niveau international.

2022 : quelles perspectives économiques et sociales ?

Une année politique chargée face à des défis économiques

Un français sur deux se dit mécontent du modèle économique actuel, car trop peu efficace pour réduire les inégalités ou garantir un bon niveau de vie. Et si l’Économie Sociale et Solidaire constituait une réponse aux déséquilibres structurels du système économique

Durant le mois de l’ESS en novembre, de nombreuses initiatives sociales, écologiques et solidaires ont été mises en avant en France. En tant que manière différente d’entreprendre pour bâtir une économie plus responsable, capable de concilier activité économique et utilité sociale, l’Économie Sociale et Solidaire représente environ 10 % du PIB de la France et porte plus de 2 millions de salariés

Il semblerait d’ailleurs que ce secteur ait bien résisté pendant la crise. Et pour cause, les structures de l’ESS ont perdu moins d’emplois et ont rebondi plus rapidement que le reste de l’économie. D’autant qu’avec la crise de la Covid19, les Français épargnent plus, augmentant par la même occasion les financements de l’économie sociale et solidaire

Mais pour aller plus loin, la secrétaire d’État chargée de l’économie sociale, solidaire et responsable, Olivia Grégoire, lance plusieurs initiatives destinées aux entreprises éthiques et engagées. L’objectif : assurer aux épargnants la garantie que leur argent servira bel et bien à un investissement socialement responsable. Dans cette même optique, L’Avise (Agence d’ingénierie pour entreprendre autrement), France urbaine et le Réseau des collectivités territoriales pour une Économie Solidaire (RTES) dévoilent, dans une étude, une série de mesures pour mieux intégrer l’économie sociale et solidaire (ESS) dans les politiques publiques locales.

Cependant attention aux dérives. Comme de nombreux secteurs qui se placent au service du bien commun, l’ESS peut parfois être taxée de “social washing”

Le Bonus du Bien Commun

Les tendances

Un livre : Dans Covid19, la grande réinitialisation, Klaus Schwab et Thierry Malleret tentent de comprendre dans quelle mesure le nouveau coronavirus pourrait être source de perturbations et de souffrances, et quels changements sont nécessaires pour créer un monde plus inclusif, plus résilient et plus durable. 

Un podcast : Dans Entreprises En Mission, Frédéric Vuillod, journaliste économique et fondateur de Mediatico, part à la rencontre des dirigeants “pionniers” autour de l’engagement des collaborateurs, de la mission sociétale et des convictions personnelles, sur un ton business mais laissant beaucoup de place aux confidences.

Un événement : “Be a boss, be entrepreneure” est le forum national des femmes entrepreneures en France. Il valorise tout type d’entreprise et permet de susciter des vocations entrepreneuriales chez les jeunes femmes, lever les freins potentiels, booster la motivation et identifier les futures pépites grâce au “Be a boss Tour” dans toute la France.

Un magazine : Le magazine L’Éclaircie, publié par Novethic, tente d’éclairer un avenir qui semble parfois particulièrement sombre. Il représente une bouffée d’air, se veut porteur de voix rassurantes. à ce titre, son premier numéro « Big Bang : La révolution durable » place sur le devant de la scène de nouveaux récits qui témoignent de la révolution durable en marche. 

LinkedIn
WhatsApp
Facebook
Twitter

Plus d'articles

Croissance : la fin d’un mythe ?

Il y a 50 ans, des chercheurs du MIT publiaient le rapport Meadows, qui déjà, alertait sur les risques d’une croissance exponentielle

X