«Un manager augmenté avec l’intelligence artificielle, c’est possible»

par Cécile Dejoux

Quels que soient la taille ou le domaine d’activité, réussir la transformation numérique de son entreprise, c’est donner la priorité à la transformation des managers. Car c’est foncièrement plus difficile que d’implanter des outils, d’alléger des process ou de racheter des start-up.

Les managers sont les vecteurs de la culture et des valeurs de l’entreprise au quotidien. Ils sont les relais de la confiance ou de la défiance. On rentre dans une entreprise et on la quitte à cause de son manager. Aussi, la question s’impose : comment transformer des managers qui ont été formés, pendant plus de vingt ans, avec des convictions et des méthodes qui sont remises en cause aujourd’hui ? On leur a dit : « Travaille, gravis les échelons, on investit sur toi et tu progresseras professionnellement ». Et maintenant, on leur dit : « Partage ton savoir, teste au lieu d’appliquer ce que tu sais, accepte les systèmes d’intelligence artificielle qui vont te rendre plus performant ». Comment dépasser ce paradoxe pour ne pas être face à une génération perdue ?

Au sein du « Learning lab human change » du Cnam, nous avons étudié et travaillé avec des entreprises en cours de transformation numérique et l’une de nos conclusions de recherche appliquée est valable pour des managers de différents types. Ils doivent développer de nouvelles compétences managériales stratégiques qui sont au nombre de quatre :

– Des compétences numériques, pour intégrer l’alphabet de notre nouvelle civilisation : au lieu de chercher l’information, mettre en place des tactiques de curation pour que l’information utile, à valeur ajoutée, vienne directement à nous.

– Des compétences d’agilité, pour apprendre de nouvelles méthodes de travail collaboratives, aller vite en mode test and learn, penser usage, accepter de faire des prototypes même sur des idées.

 – Des compétences de design thinking, pour innover au quotidien et penser différemment, se mettre en mode « empathie », recabler sa créativité et faire de l’idéation.

– Des compétences d’interaction avec l’intelligence artificielle, pour devenir plus performant avec elle, comprendre dans quels domaines l’IA va remplacer, assister et augmenter le manager. Il est nécessaire de développer de nouvelles compétences à la fois vis-à-vis de l’IA et vis-à-vis de ses équipes. Car nos recherches montrent que l’IA va remplacer les tâches managériales liées au classement, à l’organisation, à la curation, à la planification, à la gestion de projet, à l’analyse et à la personnalisation. Elle va assister le manager dans ses missions d’innovation, de prototypage, de motivation et de gestion des talents. Elle l’augmentera dans sa créativité, sa décision, son empathie et sa relation aux communautés. En d’autres termes, le manager opérationnel a peu d’avenir.

Le manager augmenté est celui qui aura intégré progressivement ce socle des quatre nouvelles compétences stratégiques managériales (numérique, agilité, design thinking, interaction avec l’IA) et aura compris qu’il doit se métamorphoser en un leader bienveillant et augmenté par l’intelligence artificielle, et se positionner très vite sur des actions de management stratégique.

Cécile Dejoux est professeure des universités au Cnam, professeure affiliée à l’ESCP Europe, auteure et conférencière