Mécénat de compétences : 17 dirigeants s’engagent

Mécénat de compétences : 17 dirigeants s’engagent

Par TOSCANE AUBER Le 16/01 à 08:08

Tendance Mercredi 16 janvier, dix-sept patrons d’entreprise signent un manifeste afin de promouvoir le mécénat de compétences. Objectif : donner aux salariés les moyens de réaliser des actions d’intérêt général, au service d’une association, sur leur temps de travail.

C’est une grande première. A l’initiative de Guillaume Pepy, président du directoire de SNCF, et de Patrick Jeantet, président délégué du directoire de SNCF et président de la Fondation SNCF, 17 dirigeants de 16 entreprises différentes se mobilisent, mercredi 16 janvier, autour d’un sujet qui relie l’économie à l’intérêt général : le mécénat de compétences. Des groupes comme Total, Vinci, Radio France, Accenture, Schneider Electric, groupe ADP, ManpowerGroup France ou IBM France s’allient pour promouvoir ce  levier de performance et d’innovation .
Les 17 signataires du « Manifeste pour le mécénat de compétences » (voir la liste exhaustive ci-dessous), regroupés en une « alliance », comptent, tout au long de cette année 2019, encourager les entreprises, de toutes les tailles et localisées dans toute la France, à déployer un tel programme sur le temps de travail. Il va s’agir pour elles de mettre les compétences professionnelles ou humaines de salariés à la disposition d’une cause d’intérêt général. Parmi les sept objectifs à atteindre d’ici à 2021 figurent la mise en place en bonne et due forme d’un système de mécénat de compétences, le partage de bonnes pratiques en France et à l’international, l’évaluation des résultats et la valorisation de l’acte d’engagement des collaborateurs.

Les Français aimeraient s’engager davantage

63 % des Français estiment légitime ce  levier de performance et d’innovation , nous apprend, en exclusivité, un tout récent baromètre réalisé par l’Ifop – en partenariat avec Entreprise et Progrès et l’ ANDRH, association nationale des DRH –  pour la Fondation SNCF et 83 % des dirigeants trouvent souhaitable de proposer un tel dispositif. Pourtant, seuls 23 % des chefs d’entreprise envisagent de mettre en place un tel dispositif quand 9 % le font déjà. Il y a donc urgence à agir, car le mécénat de compétences n’apporterait que des bénéfices à l’entreprise. Il permet « une connexion fertile avec un monde associatif innovant, l’apport réciproque de nouvelles compétences, le renforcement du lien des salariés avec leur entreprise, la transformation des méthodes de travail », insiste Patrick Jeantet, aussi président de la Fondation SNCF. Surtout, il transformerait positivement la vie de l’entreprise, indique le même baromètre, puisque 67 % des salariés engagés dans du mécénat de compétences développeraient un plus fort sentiment d’appartenance à l’entreprise.

Des bénéfices professionnels et personnels

Pour Benoît Meyronin, directeur général de Care Experience, une filiale de Domplus Groupe, « le mécénat de compétences répond à quatre  besoins fondamentaux des équipes  : la confiance, l’écoute, la reconnaissance et la ‘puissance d’agir‘ ». La diversité des missions proposées, souvent une dizaine de jours par an, permet aux salariés de choisir le type de projet qu’ils souhaitent entreprendre. Qu’il s’agisse de parrainer un jeune en insertion professionnelle, de mener une mission de conseil auprès d’associations ou encore de rénover des lieux délabrés, 71 % des salariés y voient l’occasion de sortir de leur routine et 64 % d’acquérir des compétences, selon l’indicateur Ifop. Autres enseignements : près de trois quarts des salariés engagés (73 %) dans une mission affirment mieux comprendre par la suite les valeurs de leur entreprise. Et 57 % des collaborateurs pratiquant le mécénat de compétences estiment que leur motivation au sein de leur entreprise s’est largement améliorée. Ces salariés portent un nouveau regard sur cette dernière, qui leur a permis de vivre un temps fort et riche de sens. De quoi entraîner un regain de motivation au travail non négligeable.
Les signataires du manifeste
Isabelle Bastide, présidente de PageGroup France, Gilles Bonnenfant, président d’Eurogroup Consulting, Christel Bories, PDG d’Eramet, Marion Darrieutort, CEO d’Elan Edelman, Olivier Girard, président d’Accenture France et Benelux, Pascal Gustin, PDG d’Algoé, Xavier Huillard, PDG de Vinci, Patrick Jeantet, président délégué du directoire de SNCF et président de la Fondation SNCF, Guillaume Pepy, président du directoire de SNCF, Thierry Petit, fondateur de Showroomprive, Patrick Pouyanné, PDG de Total, Augustin de Romanet, PDG du groupe ADP, Alain Roumilhac, président de ManpowerGroup France, Nicolas Sekkaki, président d’IBM France, Jean-Pascal Tricoire, PDG de Schneider Electric, Sibyle Veil, PDG de Radio France, Philippe Wahl, PDG de La Poste,
X

Nous utilisons des cookies afin de vous fournir une meilleure expérience de navigation. Vous pouvez également paramétrer les cookies.