50 ans de lutte pour un progrès au service du bien commun

Partagez cet article:​

Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter

Les sociétés modernes sont à un moment charnière de leur histoire. La défiance s’accroît envers les institutions, que ce soit l’État, les médias ou les entreprises. La crise écologique est de plus en plus visible, et les inégalités sociales et économiques se creusent. De plus en plus, les citoyens s’interrogent : notre système socio-économique est-il encore au service de l’intérêt général ? Le progrès économique se traduit-il encore par une amélioration globale de nos sociétés ? 

En tant que think tank et do tank, Entreprise et Progrès travaille chaque jour pour repenser la contribution de l’entreprise à un progrès au service du bien commun, un progrès responsable et utile pour tous, un progrès qui sert une société régénérative, moins inégalitaire et optimiste. Portée par plus d’une centaine d’entreprises membres, l’association cherche à transformer la société pour allier responsabilité sociale, environnementale et économique dans un mouvement de progrès collectif. 

Alors qu’Entreprise et Progrès fête ses 50 ans, revenons sur son histoire, son parcours, ses réussites et sur ses ambitions avec Marion Darrieutort et Antoine Lemarchand, co-présidents Entreprise et Progrès. 

Une ambition novatrice à l’origine : remettre l’humain au coeur de l’entreprise

Il y a 50 ans naissait d’un acte de rébellion Entreprise et Progrès. Nos pères fondateurs, Antoine Riboud et François Dalle, considéraient que la composante humaine de l’entreprise n’était pas reconnue à sa juste valeur. À travers un acte fondateur, la reconnaissance de l’ensemble des parties prenantes de l’entreprise, les co-fondateurs avaient alors démontré la possibilité de concilier performance économique et performance sociale en portant une voix différente du patronat. Cette position très novatrice a donné lieu au premier accord de participation et d’intéressement pour le salarié. C’était alors le point de départ du concept de capitalisme des parties prenantes : un modèle d’entreprise tourné non pas seulement vers le profit, mais aussi vers l’humain.

Entreprise et Progrès a ensuite naturellement continué à réunir les entrepreneurs soucieux de s’attaquer aux grands défis de l’entreprise responsable. C’est ainsi que se sont structurées très tôt les premières réflexions sur l’intégration du développement durable au cœur des préoccupations de l’entreprise. Au sein d’Entreprise et Progrès, des précurseurs ont publié leur rapport RSE et Développement Durable dès les années 1990. 

Retour sur 50 ans de progrès

À l’origine très pragmatique, tournée vers l’action, l’association est parvenue au fil des ans à se projeter dans une réflexion beaucoup plus prospective sur l’avenir des entreprises. Progressivement, nous avons installé un équilibre nous permettant de nous revendiquer à la fois think tank et do tank. C’est ainsi que nous travaillons au quotidien pour penser les grandes tendances agitant le monde des entreprises, mais aussi pour élaborer des solutions concrètes permettant aux entreprises de se mettre au service du bien commun. 

Depuis 50 ans, Entreprise et Progrès a ainsi traité de nombreux thèmes tels que le leadership, l’évolution du rapport au travail et les nouveaux modes de management, l’innovation responsable, la raison d’être, la responsabilité d’entreprise, les nouveaux modèles économiques ou encore l’impact écologique des entreprises. Nous agissons en coopération et concertation avec les institutionnels, les politiques, les académiques et les experts thématiques pour être le trait d’union avec les responsables d’entreprises qui portent notre idéal de progrès.

Nous cherchons à explorer des visions tour à tour pragmatiques, conceptuelles et philosophiques, pour réaliser des productions intellectuelles variées : podcasts, vidéos, interviews, sondages, décryptage d’actualité, rapports. Notre objectif : fournir aux entrepreneurs des clés de lecture de la transition et des outils pour se transformer.

Dans son combat pour un progrès au service du bien commun, l’association porte également la voix de la pédagogie. Nous sommes l’un des premiers think tank à avoir travaillé sur l’entreprenariat auprès des jeunes de lycée et de quartiers défavorisés. Cette année, nous avons choisi de réformer le stage de troisième en proposant à des élèves une expérience immersive centrée sur la raison d’être au sein d’entreprises membres. 

Cet acte de pédagogie ne concerne pas que la scolarité mais touche également le monde politique et législatif. Il s’agit de faire prendre conscience, aux sénateurs et députés notamment, de l’étendue des potentialités de l’entreprise. Elle peut en effet constituer un outil efficace pour amorcer le changement que la société réclame, à juste titre, et représente la clé de voûte de la performance environnementale, sociale et économique.

L’entreprise au service du progrès : une vision indispensable en temps de crise

Aujourd’hui, plus que jamais avec la crise sanitaire violente que nous traversons, nous avons la conviction que l’entreprise doit continuer à agir comme moteur de transformation de la société. En tant que laboratoire d’idées, Entreprise et Progrès cherche donc à fournir des repères pour ses entreprises membres, pour les aider à traverser la crise, à rebondir. Nous sommes en mesure de les accompagner sur les problématiques actuelles grâce à une vision basée sur l’après, sur le prospectif. 

En temps de crise, encore plus qu’en temps normal, l’association représente une colonne vertébrale, un réseau, permettant aux entreprises de se serrer les coudes dans un contexte pouvant malheureusement nous challenger dans nos valeurs les plus profondes. 

Mais malgré la crise, nous n’oublions pas notre raison d’être : celle de mettre les entreprises toujours plus sur la quête du progrès.

Cette quête du progrès implique que nous adoptions collectivement une nouvelle vision de l’entreprise. Il est temps de passer à un modèle qui concilie enfin business et durabilité. Dans les années à venir, tous les entrepreneurs devront se demander comment concilier production de valeur durable, agilité et sens, c’est-à-dire comment développer une structure résiliente, changeante et adaptative, évoluant autour d’une raison d’être immuable, seul facteur qui doit demeurer constant dans l’entreprise. Nous souhaitons guider nos entreprises membres sur ce chemin. 

Après 50 ans d’existence, nous voulons aussi conserver et renforcer l’héritage de l’association : celle qui voit dans l’entreprise une aventure avant tout humaine. Aujourd’hui, nous souhaitons devenir les précurseurs d’un dialogue nouveau en poussant la problématique encore plus loin. Nous militons ainsi pour une plus forte inclusion des parties prenantes dans la gouvernance et la gestion des entreprises. Cette réflexion, menée avec nos membres, aura vocation à élaborer des manières efficaces de passer à l’acte.

Quelles ambitions pour Entreprise et Progrès dans 10 ans ? 

Ces 50 ans sont, enfin, l’occasion pour nous de nous projeter dans l’avenir. Si notre ambition a toujours été de travailler pour et avec les entreprises françaises, nous avons bien conscience que le grand défi pour la décennie à venir sera de changer d’échelle. La prochaine étape pour l’association sera de définir et de rendre efficace un modèle d’entreprise européen durable, un modèle d’entreprise parvenant à concilier l’efficacité de l’économie de marché et l’ambition transformatrice propre aux ONG. Nous voulons fédérer toujours plus d’acteurs autour d’un modèle plus durable et égalitaire, incluant un maximum de personnes et de territoires. Un modèle d’entreprise pensé à échelle globale, avec nos voisins européens, fondé sur le sens et sur un récit que nous aurons plaisir à raconter, à incarner. 

Nous sommes convaincus que l’entreprise peut jouer un rôle majeur de moteur et de catalyseur du progrès au sein de la société par son pouvoir de transformation. Cependant pour ce faire, les relations entre les entreprises et leurs parties prenantes doivent être repensées et modernisées pour permettre aux entreprises de générer avec la Société plus de progrès partagé. Ainsi, à ce titre, notre mission en tant que think et do tank depuis 50 ans est de faire progresser ces relations pour faire progresser le progrès. Parce que rejoindre Entreprise et Progrès, c’est la promesse d’avancer avec d’autres leaders activistes au service du bien commun !

Marion Darrieutort, co-présidente Entreprise et Progrès et CEO The Arcane,
et Antoine Lemarchand, co-président Entreprise et Progrès et DG Nature & Découvertes

Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

Plus d'articles

André Coupet présent dans SMART JOB

André Coupet, associé principal de Paris Montréal Conseil et membre d’Entreprise et Progrès, était dans SMART JOB sur B Smart vendredi 26 mars pour aborder notamment

X

Nous utilisons des cookies afin de vous fournir une meilleure expérience de navigation. Vous pouvez également paramétrer les cookies.