L’actu du bien commun – janvier 2021 (réservé aux membres d’Entreprise et Progrès)

Partagez cet article:​

TwitterLinkedInFacebookWhatsApp

Télécharger en version PDF

2021

L’année du tournant

À bien des égards, 2020 aura marqué de son empreinte l’entrée dans une nouvelle décennie. Les crises multiformes qui ont marqué l’année auront été à la fois les révélateurs des dysfonctionnements internes de nos sociétés et les catalyseurs de l’espoir d’un changement radical. Toutefois, c’est probablement 2021 qui sera véritablement l’année des tournants.

C’est en 2021 que l’on verra si le monde sait réagir et transformer son paradigme face à une réalité nouvelle qui s’installe. C’est en 2021 que l’on saura si nos sociétés sont capables de s’emparer vraiment du concept de résilience. Il faudra tout gérer à la fois. D’abord, bien sûr, la crise sanitaire, qui est un défi global pour la société, les citoyens et les entreprises. Puis, il faudra gérer la crise économique qui s’installe, alors même que 2021 promet d’être l’année de toutes les faillites pour les entreprises. Il faudra également, dès maintenant, prendre à bras le corps un changement global de modèle, une disruption profonde de notre système économique et social, et se recentrer sur l’essentiel tout en s’ouvrant aux autres, changer le monde en rebâtissant le local. Et la question se pose : quelle sera alors la responsabilité des élus, des entreprises, des dirigeants, dans ce monde d’après ?

Il y aura aussi, des plans de relance, des réformes, des stratégies sanitaires, qu’il faudra affronter ensemble. Il y aura une demande de plus en plus forte de transparence, de la part des dirigeants, des citoyens et des consommateurs, à laquelle chacun devra répondre. Il y aura les tendances émergentes : le défi de la transition écologique et celui des bouleversements technologiques, de l’automatisation… 

Tout arrive en même temps, et nous devrons tous relever le défi du changement dans la complexité. Un programme difficile, certes, mais avec à la clef un monde plus positif.

Leadership et Business

Une évolution nécessaire

Face à cette complexité et cette incertitude, le leadership doit bien évidemment évoluer. Déjà, certains tirent les leçons de la pandémie pour le leadership : le leadership d’aujourd’hui (et de demain) c’est avant tout savoir lâcher prise, faire confiance, faire preuve d’empathie, savoir formaliser… Pour d’autres, les idées géniales ne suffisent plus, il faut désormais se remettre en cause en permanence, apprendre des échecs, rebondir… En d’autres termes, il faut se préparer à un monde toujours en mutation : la normalité n’existe plus, vive l’agilité. 

Le problème : les dirigeants sont aujourd’hui mal formés aux enjeux du monde de demain. Mal formés à la transition vers l’entreprise durable, peu investis dans la gestion des risques ou l’innovation dans leur entreprise, trop enfermés dans les logiques du rendement à court terme. Il y a donc un enjeu profond de formation à relever pour les dirigeants.

Pour autant, les nouveaux défis des dirigeants ne doivent pas faire oublier ceux qui existaient déjà dans “le monde d’avant”. L’enjeu de la perte de sens au travail, par exemple, était déjà un enjeu émergent dans le monde du travail, il est désormais central, et face à ce défi, le monde du travail peine à se redéfinir. La question de l’égalité homme-femme persiste, elle aussi, au point que l’on peut encore en 2021 se demander : le leadership est-il sexiste ?

À une période charnière, le monde ne changera pas sans des leaders compétents, bien entourés, et conscients des enjeux de transition.

Raison d’être

Pousser la logique encore plus loin

2019 était l’année de la Loi Pacte, 2020 celles des premières raison d’êtres, 2021 devra pousser cette logique encore plus loin. Entreprises à mission, entreprises contributives, peu importe le nom qu’on lui donne, les signes ne manquent pas : l’entreprise de demain sera responsable ou ne sera pas.

Les appels se multiplient en ce sens : l’initiative Tech For Good invite les entreprises de la Tech à contribuer au bien commun. Les institutions comme l’ADEME continuent d’embarquer de plus en plus d’entreprises dans des projets responsables et écologiques. Pour certains, la transition vers l’entreprise responsable peut être comparée à la transition digitale il y a 15 ans : une révolution prête à coloniser toutes les branches de l’entreprise

Le problème c’est que pour l’heure, la transition vers l’entreprise durable va trop lentement. Le bilan de la raison d’être est encore fragile. Dans les faits, le décalage entre le discours et les actes est parfois encore visible.

L’après-covid risque donc bien d’être un tournant pour les entreprises en matière de RSE, celui qui permettra de faire le tri entre les entreprises réellement engagées et les autres.

Le Bonus du Bien Commun

Les tendances

Un livre : Dans Réinventons le progrès !, François Miquet-Marty traite le progrès à travers différents points de vue grâce à une grande diversité de textes et d’auteurs mobilisés. Il s’agit ici de comprendre comment réinventer le progrès au travers de témoignages d’une vingtaine de personnalités scientifiques, politiques, d’entrepreneurs, de responsables d’ONG ou d’universitaires.

Une formation : L’école EM Strasbourg lance un diplôme universitaire en Leadership, Méditation et Neurosciences, dédié aux cadres d’entreprises, dirigeants, managers et responsables. Les disciplines qui y sont enseignées permettront à ces acteurs d’approfondir leurs réflexions et actions afin de se tourner vers un leadership attentif, bienveillant et rayonnant en mêlant neurosciences et méditation. La première édition de ce DU aura lieu de mai à septembre 2021 à travers quatre sessions d’immersion intensive de 7h00 à 22h00, pendant quatre jours.

Une masterclass : “Le Leadership Authentique” est une masterclass en live s’adressant aux PDG, managers, CTO, DSI et autres cadres souhaitant se former à un management plus authentique. L’occasion d’apprendre à admettre sa vulnérabilité, à reconnaître et apprécier la productivité, la loyauté et l’engagement, à faire preuve de transparence et à améliorer le quotient émotionnel. La formation se déroulera le jeudi 14 janvier de 15h à 16h30. 

Un fond activiste : Le fonds d’investissement activiste TCI du financier britannique Christopher Hohn, souhaite que les entreprises dans lesquelles il investit se préoccupent davantage de la planète. Le fondateur milite actuellement pour que des résolutions «Say On Climate» soient votées en assemblée générale dans plusieurs groupes d’entreprises. 

Un podcast : L’entreprise de Demain est un podcast qui se propose de valoriser les initiatives pour une entreprise plus humaine et responsable en allant à la rencontre de chercheurs inspirés et de leaders optimistes. Découvrez plus de 40 épisodes durant entre 5 minutes et 30 minutes. 

Télécharger en version PDF

Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

Plus d'articles

Le progrès a-t-il encore de l’avenir ?

Depuis quelques années, la notion de progrès suscite de plus en plus de questionnements et la notion même de progrès fait débat. La notion de progrès a-t-elle donc encore de l’avenir ?

X

Nous utilisons des cookies afin de vous fournir une meilleure expérience de navigation. Vous pouvez également paramétrer les cookies.