Rallumons les étoiles : la préface d’Antoine Lemarchand, DG de Nature et Découvertes et co-président d’Entreprise et Progrès

Partagez cet article:​

TwitterLinkedInFacebookWhatsApp

Découvrez deux fois par mois des extraits sélectionnés de l’ouvrage Vers une Entreprise Progressiste par André Coupet, associé principal de Paris Montréal Conseil et membre d’Entreprise et Progrès. Nous commençons cette semaine avec la préface signée par Antoine Lemarchand, DG de Nature et Découvertes et co-président d’Entreprise et Progrès. Bonne lecture !

Rallumons les étoiles

À quelques brassées de mes 50 ans, je crois avoir toujours entendu que nous vivions dans un monde en crise. Vraie ou fausse, cette affirmation ne donne pas beaucoup d’élan à un jeune qui se lance dans la vie avec ses nombreux choix structurants. Or je pense beaucoup à la génération de mes enfants qui vit dans le contexte anxiogène d’un monde qui, pour la première fois, conçoit et touche du doigt sa propre fin. Pas celle de la Terre comme on peut le lire partout mais celle de notre espèce humaine. Climat déréglé, effondrement de la biodiversité, guerres froides de géants surarmés, pandémie nous obligeant à vivre enfermés chez nous… n’en jetez plus ! Comme le disait Apollinaire à la fin de la Grande Guerre et à la veille de sa mort, « il est grand temps de rallumer les étoiles ! ».

Il est surtout grand temps de s’occuper de nos biens communs : notre planète, ses ressources naturelles et ses équilibres, les animaux et bien sûr, les humains. Il n’y a pas d’ordre, pas de priorité; notre tâche est de redonner une harmonie à cet ensemble afin de jouer la plus belle partition qui soit. Dans cet ensemble, il y a certains acteurs d’influence que sont les institutions politiques, les ONG, les religions ou les médias. Malgré leur travail et leur bonne volonté, tous pâtissent d’une confiance envers eux qui s’érode. Seul le monde de l’Entreprise se voit gratifier d’une confiance en nette hausse pour « changer le monde en bien ». Nos jeunes et moins jeunes attendent de nous, entrepreneurs, la relève pour dessiner un monde meilleur. Et vite !

À bien y penser, les entreprises sont des sociétés d’individus, unis par un but commun, avec des moyens financiers, des méthodes éprouvées d’organisation, une présence souvent internationale, une capacité grandissante d’influence auprès des pouvoirs publics notamment sur la question de l’emploi et de la fiscalité (même si certains abusent de ce pouvoir pour en faire du chantage). Surtout, l’entreprise dans bien des cas (les PME et les ETI sont pour la plupart familiales en France) bénéficie du temps long. Pas celui qui consiste à attendre et à ne rien faire mais celui de la vision à long terme, mêlée à des actions très court terme partout sur nos territoires qui en ont bien besoin !

À nous donc de jouer pour avoir une vision plus large, incluant toutes les parties prenantes autour de nous (clients, fournisseurs, équipes, actionnaires et grand public) et œuvrer ensemble à ce que sera le progrès de demain, celui qui améliorera notre bien-être, notre résilience et la soutenabilité tels que l’économiste
Éloi LAURENT le propose. Sortons de l’innovation gadget, de la surenchère au moins disant, de la toute-puissance des directions administratives et financières et redevenons des entrepreneurs de nos vies que nous voulons joyeuses et stimulantes… pour nous-mêmes et les sept générations qui nous suivent ! 

Relançons le progrès…

De nombreuses entreprises se sont lancées dans cette quête, on les appelle Entreprises à mission, B Corps, Entreprises Sociales et Solidaires, Coopératives à intérêt collectif… D’autres sont tout simplement des sociétés anonymes mais avec une mission et des valeurs d’altruisme fortes. Et aucune « start up » européenne ne se crée sans réfléchir dès le départ à la contribution positive que celle-ci peut avoir pour notre Société.

Quantité d’associations existent sur le sujet d’œuvrer pour le Bien Commun : Entrepreneurs d’Avenir, les Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens, le Mouves, le Mouvement des Entreprises à Mission, Positive Planet… J’en oublie mais cela fait de la France un acteur influent de ce que pourrait être le capitalisme à l’européenne loin des modèles autrement plus radicaux de nos 2 superpuissances que sont les USA et la Chine. 

… Avec des leaders activistes

J’ai la chance de co-présider avec Marion DARRIEUTORT, l’association Entreprise & Progrès qui existe depuis
50 ans sous l’impulsion de François DALLE (l’Oréal) et Antoine RIBOUD (BSN / Danone). Déjà, à l’époque, se dessinait une aversion au capitalisme trop violent de certains mouvements patronaux et une volonté de concilier responsabilité sociale et environnementale au même niveau que la responsabilité économique. Aujourd’hui, je suis fier de co-animer ce cercle de leaders activistes qui veulent démontrer par leurs actions qu’un capitalisme conscient, orienté par une raison d’être puissante et une volonté de contribuer bien plus que de limiter son empreinte, est tout à fait possible. Cela demande des convictions fortes, beaucoup de travail et une méthode.

C’est l’objet même de ce livre qui se propose de guider pas à pas les entreprises qui veulent être
« en progrès ». André COUPET les appelle les Entreprises Progressistes. Elles ne sont pas parfaites, sont encore sur d’anciens reflexes ou méthodes mais sentent qu’il est temps de changer. Ne serait-ce que pour garder ses clients, ses talents et ses actionnaires en recherche d’un sens à leurs achats, à leur travail et à la rémunération du capital. En se basant sur de nombreux exemples et en suivant le fil rouge autour de 5 thématiques (Raison d’Être, Gouvernance, Management, Valeurs, Stratégie), André COUPET redonne une vision joyeuse, performante et fédératrice de ce que pourrait être le progrès dans nos entreprises. Sa double culture québécoise et française ajoute un propos alliant le meilleur de ces 2 mondes : l’enthousiasme et le pragmatisme nord-américain avec le bon sens et la rationalité française. 

Ainsi, aidées par ce livre, nos entreprises vont pouvoir sortir des incantations bien pensantes et avancer, pas à pas, vers des actions très concrètes qui permettent le progrès pour tous car notre job n’est ni plus ni moins de donner un métier décent et digne au plus grand nombre tout en contribuant (avec nos clients et les acteurs précités) à ce que la vie sur la planète soit soutenable pour les générations qui viennent. Il y a urgence et notre économie ne peut se permettre de continuer vers les excès de cupidité, de lourdeur et de boulimie qui la caractérisent parfois ad nauseam.

Nous devons enfin nous fédérer et atteindre un point de bascule (10 % au moins) qui entrainera à toute vitesse le reste des entreprises dans le monde vers un nouveau modèle plus soutenable. C’est l’effet Ola (vague, onde en espagnol) dans un stade et ça marche ! 

En route pour le nouveau progrès !

Antoine LEMARCHAND,
Directeur Général Nature & Découvertes,
Co-président Entreprise et Progrès.

Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

Plus d'articles

« Réinventer les relations humaines dans l’entreprise de demain », le nouvel épisode du Podcast du Progrès avec Jean-Claude Le Grand, Directeur Général des Relations Humaines de L’Oréal

Découvrez le dernier épisode du Podcast du progrès, le podcast d’Entreprise et Progrès : « Réinventer les relations humaines dans l’entreprise de demain » avec Jean-Claude Le Grand, Directeur Général des Relations Humaines de L’Oréal, interviewé par Antoine Lemarchand, ancien Président de Nature & Découvertes, aujourd’hui Président de Always Day One, et co-Président d’Entreprise et Progrès.

X

Nous utilisons des cookies afin de vous fournir une meilleure expérience de navigation. Vous pouvez également paramétrer les cookies.