Deux nouveaux vice-présidents rejoignent le Comité exécutif d’Entreprise et Progrès

Partagez cet article:​

TwitterLinkedInFacebookWhatsApp

L’Assemblée générale d’Entreprise et Progrès a élu, à l’unanimité, 2 nouveaux vice présidents : Benjamin Zimmer, directeur Associé de Silver Alliance et André Coupet,  consultant en stratégie et fondateur de Paris Montréal Conseil. 

Ils rejoignent le cercle des vice-présidents de l’association composé de Sylvie Borias,  directrice RSE et communication corporate du groupe Bel, Jullien Brezun, directeur  général de Great Place To Work, Christine Durroux – senior partner et associée chez Kea  & Partners, Laurence Peyraut – secrétaire générale de Danone en France et Jean-François Puget – avocat associé chez Cornet Vincent Ségurel. 

Les 2 vice-présidents, Benjamin Zimmer et André Coupet souhaitent apporter leur  expertise en gouvernance et stratégie à ce think et do tank au service du Bien commun,  qui regroupe 100 entreprises de tous secteurs, allant de la start-up aux grandes  entreprises, représentant 1 million d’emplois. 

Pour André Coupet : “La raison d’être des entreprises doit désormais être centrée sur  l’utilité à la Société. Cette obligation d’aujourd’hui avait d’ailleurs déjà été énoncée par le  cofondateur d’Entreprise et Progrès, Antoine Riboud, PDG de Danone, il y a 50 ans. Il a  été le vrai précurseur de cette alliance indispensable entre l’économie et l’humanisme.” 

Pour Benjamin Zimmer : « Responsabilité, rentabilité et durabilité sont des termes  compatibles. Autour de ces enjeux, les stratégies des modèles économiques de nos  entreprises évoluent pour apporter encore plus de progrès au plus grand nombre. Les  entreprises qui ont déjà intégré ces puissants moteurs de transformation et d’innovation  dans les activités principales ont montré que ce sont elles qui, pendant la crise, avaient  été les plus résilientes et les plus préparées au rebond économique”.

À propos de Benjamin Zimmer

En 2006, Benjamin Zimmer est diplômé d’un master en ingénierie de la rééducation, du  handicap et de la performance motrice spécialisé sur le vieillissement de l’université du  Maine. Lors ce master, il développe un test pour l’évaluation de l’aptitude à la marche et  son application au réentraînement de la personne amputée fémorale appareillée. Ce test  a été publié dans le journal de l’orthopédie en 2009. En 2007 et 2008, il réalise une  formation doctorale en gérontologie au Québec auprès du gériatre et de l’ancien Ministre  de la Santé, Réjean Hébert qui est actuellement doyen de l’Ecole de santé publique,  département de gestion, d’évaluation et de politique de santé. En 2012, Benjamin Zimmer  devient docteur en sciences, spécialité génie industriel, à l’Ecole Centrale Supélec  (anciennement Ecole Centrale Paris). Lors de sa thèse, il développe un système de  sélection de projets innovants (appliqué à la Bourse Charles Foix) et un modèle  organisationnel unique au monde dans le cadre d’une recherche appliquée avec des  acteurs économiques et institutionnels, spécialistes du vieillissement. Cette organisation  donne lieu à la création de Silver Valley qu’il cofonde en 2013. Jusqu’en 2017, il en est le  directeur général, et vice-président jusqu’en décembre 2019. Ce modèle a fait l’objet d’une  publication dans le journal international du management et de l’innovation en 2013. En  2016, il est nommé par l’ambassade de Chine, Young Leader European. Avec 25 autres  talents européens, il est invité en voyage d’affaires à Pékin pour comprendre les enjeux  géopolitiques et économiques entre la Chine et l’Europe. En 2017, le Ministre de  l’économie, Emmanuel Macron, le missionne pour produire un rapport sur l’innovation  dans le cadre du comité de filière de la Silver économie. En 2018, il rejoint le groupe Oui  Care pour conseiller le PDG fondateur et s’associe à lui pour créer l’entreprise Silver  Alliance. Silver Alliance est la première alliance de marques au monde visant à offrir à  chacun des solutions de confiance pour bien vivre et bien vieillir à domicile – www.silveralliance.fr. En 2019, il devient membre du Conseil Scientifique de la Société  Française de Gériatrie et de Gérontologie. En 2020, il accepte de devenir le parrain  national du dispositif Entreprendre Pour Apprendre pour Bien Vieillir. Il est enfin essayiste,  coauteur du livre Startup, arrêtons la mascarade : contribuer vraiment à l’économie de  demain (Dunod, 2018) et coauteur du livre Une entreprise responsable et rentable, c’est  possible (ContentA, 2020). Ces deux ouvrages ont obtenu la médaille de l’Académie des sciences commerciales.

À propos d’André Coupet

Originaire du Nord de la France, André a d’abord étudié en science économique à l’Institut  Catholique de Lille, puis à l’université de Paris. André a ensuite émigré au Canada.  Diplômé -MBA- de l’Université de Sherbrooke, il a mené une carrière de consultant en  stratégie, notamment au sein du cabinet SECOR à Montréal. En 1998, André a fondé et  dirigé la filiale de SECOR à Paris et ce jusqu’en 2009. En 2012, André rejoint Terra Nova,  et imagine, avec des amis, le concept de l’entreprise progressiste. Il finalise son travail  avec Entreprise et Progrès (un chantier en 8 séquences co-animé avec Antoine  Lemarchand). André est un homme de conviction : il écrit régulièrement dans les journaux  économiques ou des revues universitaires (Gestion -HEC Montréal, Le Monde, Les  Echos, La Croix…). Il fait partie du comité scientifique d’Entreprise et Progrès et a  contribué au tout récent baromètre de la Raison d’être. Il vient de publier : « Vers Une  Entreprise Progressiste, le modèle pour basculer dans un capitalisme humaniste au  service des parties prenantes », un ouvrage disponible sur le site  www.entrepriseprogressiste.com. Retraité « activiste » (et pas seulement actif), il énonce  sa propre raison d’être comme suit : « Inciter les chefs d’entreprise à mettre leur  organisation au service d’un monde meilleur » !

À propos d’Entreprise et Progrès

Premier réseau français de leaders activistes au service du bien commun, Entreprise et  Progrès est une association de dirigeants fondée en 1970 par Antoine Riboud et François  Dalle, Présidents de Danone et l’Oréal sur l’idée que l’entreprise peut et doit concilier  performance économique et performance sociale. Centre de réflexions et d’actions,  Entreprise et Progrès regroupe 100 entreprises de tous secteurs, allant de la 

start-up aux grandes entreprises, représentant 1 million d’emplois. Les membres d’Entreprise et Progrès s’engagent à se transformer pour mieux transformer  leur entreprise. Ils veulent que les entreprises innovent et se réinventent afin que leur  présence dans l’économie fasse prospérer le Bien Commun. C’est pour eux la définition  du progrès. Ils veulent également une société optimiste, où l’entreprise est la clé de voûte  de la performance économique, sociale et environnementale, et qui agit en coopération  et concertation avec ses parties prenantes. Enfin, ils veulent promouvoir un modèle  européen d’entreprises durables, audacieux et collaboratif. 

Depuis 2019, Entreprise et Progrès est présidée par Marion Darrieutort et Antoine  Lemarchand. 

Contact presse 
Isabelle d’Halluin Communication 
06 03 00 88 48 / idh@isabelledhalluin.com

Télécharger le communiqué de presse

Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

Plus d'articles

La stratégie de l’entreprise progressiste

Découvrez des extraits sélectionnés de l’ouvrage Vers une Entreprise Progressiste par André Coupet, associé principal de Paris Montréal Conseil et membre d’Entreprise et Progrès.

X

Nous utilisons des cookies afin de vous fournir une meilleure expérience de navigation. Vous pouvez également paramétrer les cookies.